1.jpg
4.jpg

Xena la guerrière !

La chienne de Lodève est enfin en sécurité ! C’est l’histoire d’une chienne errante, très craintive et inapprochable. Elle a été vue pour la première fois par Sylvie, fin Janvier 2019 à la station service de Super U. Sylvie a fini par lancer un appel sur Facebook mi-février pour tenter de retrouver son propriétaire. Fin février, en voyant que la chienne rôdait toujours sur l’ensemble de la zone commerciale et que rien ne bougeait, Chrystelle qui travaille elle aussi à Super U a demandé à ses amies Céline, Laura et Virginie de l'aider à trouver une solution pour cette pauvre bête...
Les filles, eh oui la protection animale est souvent une histoire de femmes, ont commencé à la nourrir sur le parking de Super U du côté des bouteilles de gaz, au début quand elles la voyaient, puis tous les soirs. La chienne a vite compris. Alors elle a mis bas près de cette zone commerciale où elle savait qu’elle avait à manger sans avoir à trop s’éloigner des ses petits : dans le seul espace de verdure coincé entre la départementale, le rond-point et la bretelle d’accès à l’autoroute ! Tout allait bien, ou presque, jusqu’à ce que pensant bien faire, d’autres personnes interviennent en suivant la chienne pour lui enlever ses chiots qui n’avaient que six semaines. Ce qu’il ne faut jamais faire. La fourrière est venue pour récupérer les chiots et tenter d’attraper la maman en mettant un chiot dans une cage piège, sans succès. La chienne était complètement déstabilisée, elle cherchait ses petits, traquée, elle allait de plus en plus souvent sur l’autoroute, le seul endroit où elle se sentait en sécurité loin des humains.
Laura est alors tombée par hasard sur Pascaline, bénévole de l’association A.P.A.V.H., en venant voir si la chienne était revenue après avoir été pourchassée par les autorités. Depuis plusieurs jours nous avions été prévenues par Estelle de sa présence et nous venions nous rendre compte sur le terrain. C’est à partir de ce moment là que nous sommes intervenues. Dans un premier temps en récupérant les sept chiots qui avaient été emmenés en fourrière à 70 km de là…. Nous en avons confié deux à Laura en famille d’accueil. Les autres sont allés chez Carole.
Le sauvetage de cette chienne tenait particulièrement à cœur à Laura qui a accepté de s’investir sur la durée pour nous aider à la récupérer. Nous nous sommes engagées à l'accompagner, nous lui avons expliqué ce qui allait se passer au fur et à mesure, comment nous allions procéder pour gagner la confiance de Xena. Laura savait qu'il lui faudrait respecter et suivre à la lettre nos indications, sans jamais improviser. Compte tenu de l’environnement : autoroute et route, il était urgent de la déplacer. Nous avons commencé par la nourriture, désormais c’est dans le bosquet qu’elle trouverait de quoi se nourrir et plus précisément dans une grande cage piège que nous avons installé. Le piège ouvert elle y rentrait et en sortait du bout des pattes restant très méfiante. Jusqu’au jour où nous nous sommes rendues compte que d’autres que nous laissaient à manger à côté du piège ! Notre cage était inutile.

10.png
11.jpg
12.jpg

Nous avons alors cherché un vétérinaire, le Dr Meyrieux en l’occurrence, qui puisse intervenir avec un fusil hypodermique. Après avoir repéré les lieux, décidé de la tactique, nous avions rendez-vous très tôt le matin. Laura savait ce qu’elle avait à faire, le véto a tiré et la chienne est partie comme une bombe laissant tomber la fléchette sur la route, on ne l’a pas revue ! Eh oui contrairement à ce que pensent certains le produit n’agit pas de suite, il faut environ dix minutes, il peut aussi ne pas avoir du tout l’effet escompté, la fléchette doit être parfaitement perpendiculaire à l’animal pour une bonne prise du produit, le truc simple quoi !
Pas découragées par cet échec nous avons remis ça deux jours plus tard, toujours aux aurores, avec des bénévoles postés pour cerner la zone. Seulement la chienne a senti que cette seconde voiture sur le parking ce n’était pas normal, que d’autres personnes, même si nous étions loin, étaient là, elle se méfiait énormément. Le vétérinaire a dû changer de voiture et monter dans celle de Laura, puis trouver un angle de tir et atteindre la chienne qui a foncé encore une fois dans le bois au dessus de Super U, nous l’avons alors cherchée une partie de la matinée sous la pluie, elle devait bien dormir quelque part…eh bien non ! En repartant sur l’autoroute, elle était sur la voie d’arrêt d’urgence à environ quatre kilomètres, elle remontait vers Lodève ! Incroyable.
Toujours pas découragées nous avons décidé d’employer la méthode douce, une méthode qui allait prendre du temps, ce que nous n’avions pas, vu le contexte, mais tant pis. Nous avons fait des affiches, des flyers et installé deux banderoles pour que les gens arrêtent de chercher à l’attraper, parce que chaque fois la chienne partait sur l’autoroute. Nous avons informé la police municipale et la Gendarmerie de Lodève. Tout comme nous avons prévenu les chasseurs en leur demandant de ne pas intervenir. Lui courir après ne servait à rien, cela ne faisait que la rendre dangereuse au risque de créer un accident.

15 bis2.jpg
16.jpg
18.jpg

Pendant deux mois, Laura s’est rendue tous les jours avec les chiots en contrebas sur le parking obligeant la chienne a quitter son bosquet si elle voulait voir ses petits et manger. Elle avait pour consigne de ne pas chercher, ni forcer, le contact, que la chienne la voit comme une fée qui amène ses bébés et à manger, une copine quoi ! Alors bien entendu quand on dit à manger, c’est vraiment un truc chouette pour un chien errant, c’est à dire de la viande, des lardons, des os fourrés maison avec du pâté que nous préparions à son intention, etc… Tous les jours la chienne attendait Laura, allant jusqu’à suivre sa voiture !
Petit à petit ce rituel s’est établi, Laura arrivait, la chienne sortait d’on en sait où, elle jouait avec ses chiots puis Laura lui laissait à manger en partant. Pour ne pas être dérangées dans ce long travail de socialisation nous avons encore déplacé la nourriture vers la rivière, laissant la chienne y descendre au début une fois seulement la nuit tombée. Ce fut long pour qu’elle se sente en confiance et accepte de s’aventurer dans ce « cul de sac ».
Suivant notre protocole, chaque jour Laura a fait avec la chienne de petits exercices comme de s’assoir et lui lancer des lardons qu’elle venait picorer, puis au fur et à mesure le jeu s’est corsé, il a fallu venir les chercher dans la main. Tout comme le lasso que nous avions confié à Laura et qu’elle amenait avec elle non pas pour la piéger, mais pour que ce truc devienne un objet familier, comme un jouet, hop je te frôle, hop je te donne une friandise à travers, hop il s’en va, etc…
Ce travail quotidien, avec ces avancées, a été malheureusement régulièrement remis en question parce qu’un pétard l’avait effrayée ou qu’un type lui avait couru après, alors pendant un jour ou deux on ne la voyait plus…

Nous n'avons jamais cherché à la piéger, ainsi la chienne n'a jamais associée Laura à quelque chose de négatif. Elle a gagné sa confiance et devenir son amie. Au point que la chienne aboyait pour lui montrer sa joie de la retrouver ! Puis Xena a accepté d’être frôlée et touchée avec des caresses sous le menton et sur les flancs, des gratouilles qu’elle a apprécié! Tout cela, toujours sous forme de jeu. Jamais de contrainte. Si Laura voyait que quelque chose ne lui plaisait pas, elle avait pour consigne de ne pas insister.
Ce dernier mois nous lui donnions la pilule… il ne manquait plus qu’elle soit à nouveau en chaleur ! Durant ces deux mois, tous les jours, matin et soir, nous faisions le point ensemble sur la suite à donner en fonction de chaque avancée.
Si nous savons comment attraper un chien craintif, comment il peut réagir, à quel moment il faut intervenir parce qu’on n’aura pas deux fois l’occasion de le faire… ce n’était pas le cas pour Laura qui n’avait pas cette expérience. Alors quand nous avons senti qu’il était temps de mettre la chienne en sécurité, nous nous sommes mises d’accord sur une intervention le dimanche parce que nous étions toutes disponibles et qu’il y a moins de circulation. Nous avons dit à Laura : zéro pression, tu le fais quand tu le sens, si ce n’est pas ce dimanche, ce sera le suivant, etc… Parce que personne n’aurait pu l’attraper à sa place. En effet, même en confiance avec Laura, chaque fois qu’une voiture, ou une personne, apparaissait dans son champ de vison, Xena disparaissait. Laura avait une grosse responsabilité sur les épaules, pourtant ce dimanche orageux c’est le plus naturellement du monde qu’elle a mis le lasso autour du cou de la chienne, que celle-ci est montée dans sa voiture devenue son terrain de jeu toutes portières ouvertes, sauf que là elles se sont refermées ! Même pas peur, comme une auto-stoppeuse la chienne s’est installée sur le siège avant, après tout, même si elle n’avait jamais mis les pattes dans une voiture qui roule, pourquoi s’inquiéter puisqu’elle était avec son amie Laura !?
Le long trajet s’est bien passé, même si elle a voulu monter sur les genoux de Laura ! Elle a ensuite retrouvé ses chiots, puis nous avons amené les autres qu’elle n’avait pas revus depuis deux mois. On aurait dit les 101 dalmatiens tous ces bébés qui jouaient à trap trap ce jour-là !
Ce long travail de socialisation a permis à Xena de se sentir plus à l’aise avec les humains, désormais pas seulement avec Laura, le fait de ne plus errer y est pour beaucoup aussi. C’est une nouvelle vie qui commence pour elle, maintenant elle se promène en longe avec un harnais, Xena continue d'apprendre....Regardez bien la première photo de Xena avec son gros ventre, la queue entre les pattes, regardez la aujourd’hui, ce n'est plus la même, elle n'a plus peur, elle n'est plus un chien errant.

32.jpg
31.jpg
33.jpg

Nous voudrions remercier la Police Municipale et la Gendarmerie de Lodève, le Dr Meyrieux, le magasin Super U , les habitants des deux maisons en contrebas et la station service qui ont accepté la présence quotidienne de la chienne et la nôtre ! Un grand merci aux Lodévois et à tous ceux qui nous ont soutenues sur le terrain comme sur les réseaux sociaux.
Il fallait trouver un nom à leur « guerrière " comme l'a surnommée Chrystelle. Les filles avaient le titre de la série "Xéna la guerrière" en tête, après tout ce que la chienne a traversé, c'est venu naturellement à tout le monde.
La chienne de Lodève a maintenant un nom : Xéna.