Lucky est un Griffon Nivernais. Le poids d'un tel chien se situe entre 22 et 25 kg. Lucky pèse 11,9 kg c'est à dire qu'il fait la moitié de son poids! Imaginez de diviser votre poids par deux....

Il a été trouvé dans le Gard, à la limite de l'Hérault, par une jeune femme qui ne s'est pas contentée de le signaler. Elle ne l'a pas laissé au bord de la route mais l'a récupéré, puis a recherché son maître...Sans succès. Elle a alors été contactée par Philippe, bénévole dans un refuge de l'Hérault, qui pensait de manière légitime que le refuge prendrait Lucky en charge dans la mesure où il y avait, et où il y a toujours d'ailleurs, non seulement de la place mais aussi une pièce qui fait office d’infirmerie, libre à ce moment là! Mais quand elle a su qu'il s'agissait d'un chien de chasse et qu'en plus il était en mauvais état, la responsable du refuge a refusé d'accueillir Lucky. Aucune leçon, mais on souhaite rappeler que la définition d'un REFUGE c'est "un endroit où on peut se mettre à l'abri dans une situation ou un moment difficile, un lieu dont on attend une aide, un réconfort". Une association de protection animale n'a pas pour vocation de trier ses pensionnaires au motif que certains sont plus difficiles à placer que d'autres. Les chiens de chasse ou les Labrador noirs par exemple. En zone rurale les Shih Tzu ou les Golden Retriever sont quand même plus rares...voilà qui explique que ce refuge ait de la place à l'heure où toutes les structures d'accueil sont pleines.

Philippe nous a donc appelées, ne sachant que faire avec ce pauvre chien. Il a bien voulu le garder en famille d'accueil et nous avons accepté de prendre les frais à notre charge. Si pendant 1 mois Lucky s'est plus ou moins stabilisé, depuis 15 jours ce sont les montagnes russes. Alors Pascaline a récupéré Lucky en "FA partagée" avec nous, une maison avec un jardin de plain pied, c'est plus facile que chez Philippe en maison de village sans jardin. Leishmaniose, Ehrlichiose, la totale, en plus il ne mange pas assez... Avec ses globules rouges en chute libre, nous avons dû transfuser Lucky, ensuite c'est son taux d'urée qui à l’inverse a atteint des sommets avec 4,5 gr : il a été perfusé mais à domicile. D'abord pour son confort, mais surtout pour son moral, de toute façon en box il mâchouillait ses perfusions! Sauf que si chez le véto ça a l'air simple ce fichu goutte à goutte, eh bien en vrai une perfusion un coup ça coule, un coup ça ne coule plus, rahhh le truc qui rend fou! Lucky pliait sa patte ou bien c'était bouché : une vraie galère trois jours durant. Pascaline s'y est collé la nuit, le veillant depuis son canapé, nous avons pris le relais la journée. L'accompagnant avec sa perfusion pour faire pipi ou prendre le soeile à l'extérieur.

Conséquence le taux d’urée est passé de 4,5 à 2,5 gr c’est encore trop mais ça aurait pu aussi ne pas bouger du tout. Suite à la transfusion, ses muqueuses sont redevenues bien roses, on continue avec de la viande rouge, mais aussi de la blanche pour changer, il n’accepte rien d’autre, ni le AD, ni les pâtes, ni les légumes, ni le pâté, il ne trie pas : il refuse carrément la nourriture. C’est démoralisant, alors on fait aussi cuire la viande dont il adore le jus, nous n'avons pas le choix : Lucky doit manger alors autant lui donner ce qu’il aime.

On ne sait pas où cela va nous mener, mais nous allons continuer tant que Lucky se lèvera tout seul et qu’il remuera la queue en humant la viande dans la cuisine…

Pour autant nous ne sommes pas dans l’acharnement thérapeutique, alors si son corps ne suit plus, si Lucky ne mange plus parce que son taux d’urée remonte à nouveau, nous serons auprès de lui pour l’accompagner jusqu’au bout.

20 juin 2018

La semaine dernière Lucky a de nouveau cessé de manger. Une prise de sang a indiqué que son taux d'urée était remonté à 4. Nous sommes reparties pour des perfusions, 2 x 500ml par jour, pour la nuit on a pris le coup du bouchon histoire de le laisser tranquille. Dans la journée il était dans un parc à BB ! On y croyait vraiment, même si il ne mangeait toujours pas. Puis il s'est mis à tousser, puis à vomir avec d’insupportables râles...

Alors en concertation avec le vétérinaire nous avons décidé de tout arrêter, les perf, les 8 comprimés par jour, les allers retours véto, etc... Nous avons souhaité laisser à Lucky une journée et une nuit de répit, juste à dormir et se faire câliner.  Avant de partir.

 

Ces dernières semaines Lucky n’a plus jamais été seul, dans un panier dans le salon, dans la cuisine, allongé dans le jardin ou sur la terrasse, chez Pascaline ou chez moi, quand il n’était pas dans la voiture aménagée pour lui. Même le véto l’a accueilli en crèche un dimanche… Lucky a reçu beaucoup, beaucoup, d’amour et des câlins. Il a mangé des petits plats mitonnés rien que pour lui, qu’il boudait quelquefois, ce qui nous inquiétait, à raison.

 

Prendre la décision d’endormir Lucky n’a pas été difficile dans le sens où ce qui a été difficile c’est le parcours du combattant que nous avons fait ensemble, lui et nous. Le soigner, malgré lui? Lui imposer la vie, à quel prix ? Ce sont de vraies questions que nous nous sommes posées.  Nous avons tous eu un proche malade hospitalisé, pour qui nous aurions aimé que la souffrance et l’acharnement thérapeutique s’arrêtent. Vaste sujet, vaste débat aussi.

 

Nous avons la possibilité d’accompagner nos poilus et finalement c’est bien plus lourd pour nous que pour eux parce qu’ils sont en confiance avec nous, dans nos bras. C’est comme ça que Lucky est parti, dans la douceur et la confiance, allongé dans son canapé, entouré des gens qu’il connaissait, de leur voix et leur odeur.

 

L’image que je garderai de Lucky c’était il y  a 8 jours, quand il s’est levé presque d’un bond alors qu’il dormait dans son panier pour sortir dans le jardin, brinquebalant comme Quasimodo! Il avait entendu les autres chiens aboyer au portail et voulait se joindre à eux! Un aboiement étouffé peinait à sortir de sa gueule, mais dans la meute il donnait le change avec le sentiment de participer. Il était heureux de faire comme eux.

 

Merci à Philippe qui nous a alertées pour Lucky qu’il a lui même gardé quelques temps. Merci à Pascaline qui l’a câliné ces dernières semaines. Merci à vous tous qui nous avez soutenues pour ce sauvetage. La prochaine fois que vous croiserez un chien errant, pensez à Lucky, ne l'abandonnez pas à son triste sort, ne le laissez pas "mourir comme un chien"