20200728_114049.jpg

Mourir comme un chien

Un monsieur nous a appelé vers 10H00 ce matin pour un chien allongé dans l’herbe qui respire encore mais qui ne bouge pas.  La scène se passe dans les quartiers Nord de Montpellier, entre un square et un petit terrain vague. Avant de nous contacter il a appelé la SPA mais personne ne répond. Il a fini par trouver nos coordonnées sur le net. Nous sommes à 45 km de Montpellier.

Nous lui demandons de rester sur place, nous allons le rappeler… Tout de suite nous appelons Dona, de Félin pour l’Autre 34, qui ne répond pas non plus. Au troisième appel elle finit par répondre, elle nous connaît alors elle sait bien que si nous insistons c’est qu’il y a un problème.

Elle se rend sur place et là c’est l’horreur. Un tout petit Bichon, enfin ce qui a dû être un Bichon, gémit à peine, il est couché sur le flanc. Son poil est collé en dreadlocks, il est couvert de vermine, des asticots lui grignotent la cuisse. Ils sont des centaines dans un trou se disputant la chair avec les mouches.

Ce petit chien est un mort vivant, il est littéralement bouffé par les vers, quasi comateux. L’odeur est pestilentielle. Dona l’installe doucement dans un drap, direction la clinique vétérinaire. Malheureusement le vétérinaire ne pourra rien faire pour le sauver, il est mort juste avant d’arriver.

En pleine ville, il a dû agoniser plusieurs jours, en plein soleil par 35 degrés. Depuis quand n’a t il pas bu ou mangé ? Il ne porte pas de collier, il n’est pas identifié, il est âgé, il n’a plus de dents. Il n’était pas si loin des habitations, pourquoi personne n’est intervenu avant ce monsieur ? Comment peut on laisser crever un chien ? Comment peut on détourner le regard, continuer son chemin et rentrer chez soi comme si de rien n’était ?

Ce petit chien a été un chiot il y a longtemps, il a eu un, ou plusieurs maîtres, où sont ils ? En dehors de sa blessure, son état général est celui d’un chien errant, il est maigre, sale, couvert de parasites et son poil n’a pas vu une brosse depuis des années. Il s’agit de maltraitance parce que laisser un chien dans cet état est une maltraitance.

Mourir seul, épuisé, de faim, de soif, prés des habitations, dans une indifférence presque générale, c’est ce que l’on appelle crever comme un chien. Grâce à ce monsieur qui n’a pas détourné le regard et qui a cherché de l'aide, grâce à Dona qui l’a pris dans ses bras, son supplice s’est arrêté en fin de matinée, presque dans la douceur. Il ne pesait plus grand chose, juste le poids de la misère.

Si seulement les habitants du quartier avaient régi plus tôt, nous aurions pu le soigner, le sauver, plutôt que d’avoir à payer son incinération.

Un chien errant, ne survit pas seul, il va mourir de faim ou/et de soif, si il n’est pas bousculé par une voiture et ne va pas crever dans un fossé.

Ces dernières semaines ce petit chien a sans aucun doute croisé des humains. Mais personne ne l’a « vu ». Pourtant dans humain il y a humanité? La prochaine fois que vous croiserez un chien errant, dites vous que ce pourrait être le votre, alors à défaut de vous arrêter pour le prendre en charge, signalez le. Merci à ce monsieur de nous avoir prévenu.