IMG_8112.jpg
20200705_175935.jpg
20200705_180142.jpg
IMG_9591.jpg
IMG_9601.jpg
IMG_9588.jpg

Oslo est adopté, il devient Oskar!

Oslo a grandi en chenil avec une vieille chienne. Il a toujours vécu avec elle… Puis la chienne est morte et le maître a repris une activité professionnelle.Oslo est sorti du chenil pour vivre dans le jardin, seulement la femme du monsieur est aveugle alors ce grand chien toujours dans ses jambes pouvait la faire tomber, le monsieur l'a donné à un chasseur.

Le chasseur a gardé Oslo 24 heures, il l'avait installé dans son garage où il a hurlé toute la nuit. Il l'a rendu à son maître qui l'a donné à une autre personne, seul dans le jardin Oslo s'est enfui au bout de 2 jours.

Errant, il a été récupéré par Dominique qui a rappelé le maître qui a expliqué ne plus pouvoir s'en occuper. Dominique a gardé Oslo chez elle 10 jours, le temps que nous lui trouvions une famille d'accueil.

Parce que Oslo ne reste pas seul, nous l’avons installé chez Karine qui était en télétravail, Il est parti en vacances sur les plages du nord...tout allait bien puisqu'il n'était jamais seul, sauf que le travail de Karine a changé : plus de télétravail... 10 heures d'absence par jour, cela aurait été insupportable pour lui.

Nous avons alors demandé à Thérèse heureuse adoptante de Genny, de prendre Oslo en FA, elle et son mari sont retraités, on s'est dit qu'avec une copine et des humains bienveillants tout irait bien...Thérèse s'est beaucoup attachée à Oslo au point de vouloir l'adopter. Sauf que petit à petit, Oslo s'est mis à écarter Genny chaque fois qu'elle se rapprochait de Thérèse, jusqu'au jour où il a agressé Genny, lui si doux, si réservé, si affectueux...Thérèse a compris qu'elle ne pourrait pas le garder.

Un couple de retraités, dont le Beauceron a disparu, nous avait appelées pour adopter un chien, gentil et affectueux qui puisse accompagner madame en balade le matin en pleine nature. Ils vivent dans une grande maison avec 1 hectare de terrain clos. Nous leur avons proposé de rencontrer Oslo en expliquant la situation : il ne reste pas seul, pas d'autre chien...Ils sont allé voir Oslo et Katia qui sait ce qu'elle veut, a dit ok ce chien me plait beaucoup on l'adopte.

Nous avons emmené Oslo dans sa nouvelle famille, il ne voulait pas descendre de notre voiture, il était collé à nous dans la maison, nous avons dû nous cacher pour partir...Depuis il s'est collé à Katia, au point de la faire tomber car il est tout le temps dans ses jambes, il hurle quand elle s'en va, même si son mari est à la maison. Il dort devant sa chambre, ce qu'il faisait déjà avec Thérèse, il ne sort que pour faire ses besoins en courant et remonte en courant du jardin sans en profiter, pour  se coller à nouveau à Katia. Oslo, devenu Oskar, est réellement en souffrance, son anxiété est palpable. Il est aussi très inquiet des environnements qu'il ne connaît pas. En mode peur panique.

Ces changements de vie ont eu lieu entre le 1 Juin 2020 et l'adoption avec Katia le 25 Août 2020. Comment un humain aurait-il supporté toutes ces pertes des êtres auquel il est attaché ? Mal, comme Oskar. C’est sûr que si au lieu de chercher des solutions on l’avait mis dans une cage dans un refuge c’était plus simple à gérer : seulement il serait devenu fou, bon pour l’euthanasie.

Nous avons pris RDV avec le Dr Dramard, vétérinaire comportementaliste : Oskar est désormais sous traitement avec un protocole. Katia et son mari aiment beaucoup Oskar, ils sont conscients que cela va prendre du temps pour que leur chien aille mieux, leur attente, tout comme la nôtre, est que Oskar soit capable de rester seul, qu’il ne soit plus en souffrance. Parce qu’un chien qui est incapable de rester seul et qui se colle aux humains de cette façon est avant tout un chien en souffrance. Alors si votre chien détruit, si il hurle, surtout ne vous fâchez pas, vous ne feriez qu’augmenter son anxiété. Avec un tel chien il ne faut pas crier, avec aucun chien d’ailleurs, avec un tel chien il faut chuchoter pour communiquer. Toutes les émotions que Oskar peut ressentir sont exacerbées, il est tout plus, ou tout moins, que les autres chiens. Si on crie ou si on lui demande trop de choses en même temps, son cerveau ne peut pas comprendre. Il faut être doux, patient et chuchoter.

Un grand merci à Dominique, Karine, Catherine et Thérèse qui ont accueilli Oskar ces derniers mois. Avec elles il a commencé à découvrir le monde. Merci à Katia et son mari, qui vont faire de Oskar un chien heureux, bien dans ses coussinets, qui pourra bientôt les accompagner partout, à commencer par la Grèce au Printemps prochain…

Type Drahthaar, mâle stérilisé, environ 2 ans