Copyright Chrystelle Sanaa Architecte DPLG

 

 

 

Parce que les animaux qui sont abandonnés méritent d'avoir une seconde chance,

parce que leur trouver une nouvelle famille c'est du boulot,

parce qu'il y a un maître pour chaque animal et que notre job c'est de les faire se rencontrer,

parce que nous en avons l'expérience et les compétences,

parce que sans un lieu en plus des familles d'accueil, nous ne pouvons pas tous les accueillir,

mais aussi

parce que les animaux sont dotés d’une sensibilité et d’une intelligence sociale et empathique hors du commun, totalement sous considérées.

parce que la maltraitance, l'instrumentalisation et l’asservissement institutionnalisé des animaux ne sont plus supportables.

parce que c'est une nécessité sur notre territoire.

 

 

 Notre idée de refuge

Notre  projet de création d'un refuge au coeur de la Vallée de l'Hérault

Un refuge doit avant tout être un abri. C’est un lieu qui va bien au delà de l’hébergement. Un refuge doit respecter les besoins fondamentaux des animaux qui y vivent, pas seulement leurs besoins physiologiques.

Notre refuge sera un lieu de vie, un endroit agréable pour les animaux comme pour les humains, une petite structure parfaitement intégrée dans le paysage, conçue pour le bien-être des animaux. Un refuge qui n'aura rien à voir avec les usines existantes et leur effet concentrationnaire, encore trop souvent répandues. Notre projet est un vrai concept, un lieu où il fera bon vivre pour les animaux comme pour les humains, oui c'est possible.

Un espace de rencontre entre humains et animaux, interactif. Un lieu d’un nouveau genre, où les humains évoluent harmonieusement avec les non-humains, communiquent, coopèrent et s’entraident,  dans le respect de leur besoins respectifs.

Un refuge pour accueillir les animaux abandonnés, mais aussi pour ceux qui restent quand ils ne sont pas récupérés par leur maître. Des chiens et des chats "de personne" à qui l'association A.P.A.V.H. trouvera une chouette famille parce que ça, on le fait depuis 15 ans Mettre le bon chien au bout de la bonne laisse et les minous dans le bon panier.

 

 

 

Que le bien-être animal soit à la base de tous nos choix.

 Ce qui implique …..

Que ce lieu soit un endroit agréable, pour les animaux comme pour les humains, qu’ils soient bénévoles ou visiteurs.

Que ce soit joli, propre, bien intégré dans l’environnement. Un endroit où l’on se rend avec plaisir, pour travailler, pour adopter.

D’avoir de l’espace, parce que la promiscuité est la première cause de mal être, de conflit. C’est aussi valable pour les humains.

 

Que les animaux aient une activité physique quotidienne, adaptée à leur âge, à leurs besoins.

De mettre en œuvre des stratégies pour éviter l’ennui et les troubles du comportement qu’il entraine.

De constituer des groupes de 6 à 9 chiens qui fonctionnent ensemble, les vieux chiens ont besoin de tranquillité, les chiots ont besoin de jeunes adultes pour apprendre…De même pour les chats.

De travailler avec un comportementaliste pour analyser les besoins de chacun, avec des solutions pérennes pour que nos poilus soient bien dans leurs coussinets !

De tout mettre en œuvre pour mettre nos chiens au bout de la bonne laisse et nos chats dans le bon panier.

De ne jamais perdre de vue qu’un refuge doit rester un lieu de passage, car aussi agréable à vivre soit-il, rien ne remplace une vie en famille.

 En finir avec un modèle carcéral dépassé

 Des structures dont le concept et les idées datent.

 Elles ne sont pas adaptées.

 Elles ne prennent pas en compte le bien-être animal.

 Respecter les besoins de chacun est essentiel.

 De l'espace pour vivre mieux, pour que chacun trouve sa place.

 De grands parcs ombragés pour se reposer, se dépenser, se baigner ou jouer.

 Le contact indispensable, tout au long de la journée, avec ses congénères comme avec 

 les humains.

 

 Notre objectif : protection et interaction

Les conditions de vie des animaux dans ce type de refuge ne correspondent pas toujours à la philosophie des associations qui font de la protection animale. Boxes exigus, promiscuité accrue, peu ou pas de sorties. Les animaux subissent un véritable processus de dépersonnalisation. C'est un paradoxe dans un endroit où l’on dit les protéger.

 Notre concept : écologique et éthologique

 Léger et démontable

 Respectueux de l'environnement

 Intégré dans le paysage

+ Des containers maritimes recyclés, habillés et aménagés. Une solution écologique, facile et rapide à mettre en oeuvre. Des modules  

qui ne laissent aucune empreinte au sol : ils sont posés sur des plots, sans fondations.

 Utilisation du bois, un matériau écologique, respectueux de l'environnement

+ Une ressource forestière locale pour le Languedoc Roussillon

 Mise en oeuvre et aménagements flexibles

+ Des containers habillés de bois, posés sur des plôts en béton, sans emprise au sol, légers, presque aériens. Une toiture végétalisée

qui se fond avec la nature. Une architecture respectueuse de l'environnement qui s'intègre dans le paysage

 Perspectives d'insertion du projet

Copyright Chrystelle Sanaa Architecte DPLG

Copyright Chrystelle Sanaa Architecte DPLG

Un module par fonction :

+ Un container accueil équipé de bureaux pour recevoir les visiteurs

+ Un container salle de réunion, salle de détente pour les bénévoles

+ Un container infirmerie dédié au retour de soins vétérinaires des animaux

+ Un container de stockage pour la nourriture

+ Un container de stockage pour le matériel

+ Un container de stockage et de vente pour la brocante

+ Un container pour la boutique

+ Un container pour la cantine

+ Deux containers habitation pour le gardien

+ .....

 

 

 Notre projet de création d'un refuge sur la Vallée de l'Hérault

Ce joli projet est dans les tuyaux, des tuyaux un peu longs parce que ce n’est pas simple, il y a de nombreux paramètres à prendre en compte, divers interlocuteurs et nous le réalisons avec nos propres deniers.
C’est un projet évolutif, auquel nous pourrons associer une pension, de l’éducation canine, de la formation, de la zoothérapie.... la liste n’étant pas exhaustive, chaque bénévole enrichissant le projet de ses propres compétences.
Comme pour une gestation, nous avons attendu que les idées fassent leur chemin pour aboutir à des propositions très concrètes, au plus près de ce que nous avions imaginé.
Nous avons beaucoup travaillé, dans la concertation, le remaniant pour l’améliorer, démêlant l’irréalisable du réalisable pour que ce qui est possible vienne servir notre idée de départ. Nous cherchons à acheter un terrain d’une surface de trois hectares minimum sur la Vallée de l’Hérault et plus largement sur le territoire de la Communauté de Communes Vallée de l’Hérault.
Contactez-nous!