LES VEAUX MALES DE LA FILIERE LAITIÈRE, TRAITÉS COMME DES DÉCHETS

Si nous voulons que les choses changent, que ces pratiques disparaissent, il faut absolument diffuser et partager ces images même si elles sont insoutenables.

 

 

« pas assez rentables aux yeux des exploitations laitières, les veaux mâles, inexploitables pour leur viande, sont considérés comme des déchets et tués sur place. Il a été prouvé que certains exploitants les laissent alors mourir ...afin de régler le problème.
Il faut en général 40 à 50 jours avant qu’un jeune veau d’une race laitière de type Holstein ou Red Holstein soit mené à l’abattoir pour finir en boucherie. C’est désormais considéré comme trop lent et pas assez rentable. Les races laitières (Prim’Holstein, Bretonne pie noir...) élevées avant tout pour la production de lait Les races à viande (Salers, Charolaises, Limousines...), uniquement pour la production de viande.»


 


LES VEAUX MALES DE LA FILIERE LAITIÈRE, INDÉSIRABLES.

Pollution et cruauté, j’ai arrêté de manger du veau

Publié le 21/08/2016 par Romain Blachier dans En France et dans le Monde

 

"(...) Les veaux sont arrachés à leur mère peu après leur naissance. Les jeunes mamans s’en rendent compte et pleurent leurs enfants enlevés. J’avoue d’ailleurs que le fait d’attendre un heureux événement à l’époque avait aussi joué dans ma décision quand j’ai lu cette anecdote. Les veaux passent ensuite les huit premières semaines de leur vie seuls dans des cases individuelles. Celles-ci sont, grâce à l’Union Européenne, un peu plus larges qu’avant. Mais tout de même, l’espace n’est pas grand. Ils sont parfois sans litière. On les enferme et on fait en sorte qu’ils soient volontairement anémiés. Afin que leur chair soit claire et goûteuse. Pour compenser la perte de leur mère on leur fait consommer du lait en poudre reconstitué.
Il est à noter qu’il existe, notamment en Grande-Bretagne, des élevages de veaux plus équitables. Plus de place, moins de cruauté. La France est en retard alors que nous sommes les premiers producteurs de veau en Europe. Un temps, I Love Bidoche, du célèbre boucher Le Bourdonnec, qui prône, à juste titre, une consommation de viande éthique et raisonnable, évoquait la possibilité de faire la même chose dans notre patrie. On verra.(...)"